Interview avec Prof ADEBAYO OLUKOSHI Directeur pour l’Afriqueet l’Asie de l’Ouest à International IDEA

    883

     

    INTERVIEW DE PROF. ADEBAYO OLUKOSHI

    Jul- Sept 2020

    PANAFRICAN BILINGUAL CORPORATES MAGAZINE (PBCM):

    Pourriez-vous nous parler un peu de vous?

    Prof ADEBAYO OLUKOSHI:

    Je m’appelle Adebayo Olukoshi. Je suis professeur de recherches en charge des relations économiques internationales. Actuellement, je suis directeur pour l’Afrique et l’Asie de l’Ouest à l’Institut international pour la démocratie et l’assistance électorale. Avant cela, Auparavant j’ai été Directeur de la recherche à l’Institut nigérian des affaires internationales à Lagos, chercheur principal / coordinateur du programme de recherche au Nordic Africa Institute à Uppsala, et administrateur du programme au Centre Sud de Genève. J’ai été également secrétaire exécutif du Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique (CODESRIA) dont le siège est basé à Dakar, ensuite  Directeur par intérim du Centre Sud à Genève et Directeur par interim de l’Institut Africain pour la gouvernance des Nations Unies pour le développement économique et la planification (IDEP). Je suis Nigérian.

    PBCM: Qu’est-ce qui vous a motivé à vous lancer dans les relations internationales, la gouvernance et les droits de l’homme?

    Prof ADEBAYO OLUKOSHI:

    C’est un peu difficile à dire avec une précision totale. J’ai grandi dans un environnement dans lequel les problèmes sociaux et économiques m’ont beaucoup marqué retenu l’attention, que ce soit en termes de pauvreté et d’inégalité, de luttes pour de meilleurs salaires par les travailleurs et leurs syndicats, d’activismes étudiant pour la justice, les droits de l’homme et la démocratie, etc. De plus, depuis mon entrée à l’école secondaire du Federal Government College de Sokoto, jusqu’à mes études de premier cycle à l’Université Ahmadu Bello de Zaria, je me suis beaucoup inspiré des contributions et des difficultés de la vie de nombreux modèles tels que Wole Soyinka, Chinua Achebe, Martin Luther King Jr, Kwame Nkrumah, Sekou Touré, etc

    Ce furent également des années d’activisme étudiant dynamique à travers le Nigéria pour soutenir les luttes de libération anti-apartheid en Afrique australe et la prise de conscience de la multiplicité des droits et des problèmes de justice impliqués était très forte. À un niveau plus personnel, mon frère aîné qui était aussi un mentor et un modèle a été largement investi dans les sciences humaines qu’il avait étudiées à l’université. J’ai eu le privilège de lire bon nombre de livres qu’il avait lus et d’en discuter avec lui. Au moment où je suis entré à l’université moi-même, c’étais assez clair que je voulais être dans les sciences sociales et humaines et mon voyage vers des études de recherche avancée et des études en sciences sociales a commencé sérieusement.

    PBCM:  De quoi parle International IDEA?

    Prof ADEBAYO OLUKOSHI:

    International IDEA est une organisation inter gouvernementale créée en 1995 avec pour seul mandat de promouvoir la démocratie dans le monde. C’est le seul organisme inter gouvernemental doté d’un tel mandat. Il a des membres et des bureaux sur les cinq continents et se targue d’être un laboratoire d’idées qui produit des connaissances et des outils comparatifs utilisables sur les processus et les systèmes démocratiques et fournit un soutien technique pour les réformes démocratiques et l’avancement. Son travail s’effectue est effectué sur une base non normative.

    PBCM: Aujourd’hui International IDEA atteint-il ses objectifs?

    Prof ADEBAYO OLUKOSHI:

    En bonne marche. L’Institut est reconnu dans le monde entier comme une source leader et hautement considérée de connaissances comparatives de qualité et d’outils pratiques que les acteurs de la démocratie peuvent utiliser dans leur travail. Concrètement, il contribue, à des degrés divers d’intensité, à la réforme de la gouvernance démocratique dans le monde, y compris dans les réformes constitutionnelles et électorales. Il est respecté pour ses moyens d’engagement non normatifs, indépendants et impartiaux.

    Par rapport à ce qu’elle était à la fin des années 80, lorsque le régime militaire et les systèmes de parti unique étaient encore dominants sur le continent, l’Afrique a clairement fait des pas de géant dans la marche vers la démocratisation. La plupart des gouvernements en place aujourd’hui sont le produit d’élections menées sur la base d’un concours multipartite. Il y a eu plusieurs cas réussis d’alternance de pouvoir entre les partis au pouvoir et les partis d’opposition par le biais des urnes.

    Dans l’ensemble, les organes de gestion des élections ont considérablement amélioré leurs capacités et leurs performances depuis les années 90. Dans l’ensemble, les droits humains fondamentaux sont respectés par la plupart des gouvernements. Le pluralisme des médias et l’activisme de la société civile font désormais partie intégrante de la vie quotidienne dans la plupart des pays. Les exemples de progrès réalisés sont nombreux. Cependant, il reste encore beaucoup à faire sur le terrain et cela ne devrait peut-être pas surprendre étant donné que le projet démocratique est lui-même un travail permanent en cours.

    Il reste encore beaucoup à faire pour améliorer l’intégrité des élections dans de nombreux pays, lutter contre la corruption dans la gouvernance et l’influence corrosive de l’argent non réglementé dans la politique, uniformiser les règles du jeu entre les partis au pouvoir et les partis d’opposition, parvenir à un bien meilleur système de freins et contrepoids internes et la séparation des pouvoirs, promouvoir la démocratie interne dans les partis politiques, améliorer la  justice électorale, etc. En outre, les gouvernements élus en Afrique doivent toujours s’organiser davantage pour apporter des dividendes de la démocratie aux citoyens à travers des politiques de développement qui créent des emplois pour la population grouillante de jeunes, améliorent le niveau de vie, génèrent des opportunités d’avancement, etc.

    PBCM: Comment se porte la démocratie en Afrique compte tenu des conflits qui se déroulent dans différentes parties du continent?

    Prof ADEBAYO OLUKOSHI:

    Par rapport à ce qu’elle était à la fin des années 80, lorsque le régime militaire et les systèmes de parti unique étaient encore dominants sur le continent, l’Afrique a clairement fait des pas de géant dans la marche vers la démocratisation. La plupart des gouvernements en place aujourd’hui sont le produit d’élections menées sur la base d’un concours multipartite. Il y a eu plusieurs cas réussis d’alternance de pouvoir entre les partis au pouvoir et les partis d’opposition par le biais des urnes. Dans l’ensemble, les organes de gestion des élections ont considérablement amélioré leurs capacités et leurs performances depuis les années 90. Dans l’ensemble, les droits humains fondamentaux sont respectés par la plupart des gouvernements. Le pluralisme des médias et l’activisme de la société civile font désormais partie intégrante de la vie quotidienne dans la plupart des pays. Les exemples de progrès réalisés sont nombreux. Cependant, il reste encore beaucoup à faire sur le terrain et cela ne devrait peut-être pas surprendre étant donné que le projet démocratique est lui-même un travail permanent en cours. Il reste encore beaucoup à faire pour améliorer l’intégrité des élections dans de nombreux pays, lutter contre la corruption dans la gouvernance et l’influence corrosive de l’argent non réglementé dans la politique, uniformiser les règles du jeu entre les partis au pouvoir et les partis d’opposition, parvenir à un bien meilleur système de freins et contrepoids internes et la séparation des pouvoirs, promouvoir la démocratie interne dans les partis politiques, améliorer la  justice électorale, etc. En outre, les gouvernements élus en Afrique doivent toujours s’organiser davantage pour apporter des dividendes de la démocratie aux citoyens à travers des politiques de développement qui créent des emplois pour la population grouillante de jeunes, améliorent le niveau de vie, génèrent des opportunités d’avancement, etc.:

    PBCM: Quelle serait, selon vous, une forme appropriée de gouvernance en Afrique?       Certains experts suggèrent un mélange de démocratie et de dictature.

    Prof ADEBAYO OLUKOSHI:

    Mon point de vue est très simple: après des décennies de systèmes gouvernementaux autoritaires / dictatoriaux, avec un régime personnel, de nombreuses présidences à vie, des violations massives des droits de l’homme, des saignements importants, une instabilité chronique, etc., l’Afrique est, à mon avis, condamnée à la démocratie malgré ses imperfections. Il est vrai que les 30 dernières années d’efforts de démocratisation ont été mitigés, mais il est également clair que la réponse aux lacunes rencontrées et aux défis rencontrés n’est pas un recours à la dictature mais, comme ailleurs dans le monde, un investissement d’efforts, pour faire mieux. À travers le continent, il existe de nombreuses preuves, y compris les résultats d’enquêtes qui montrent que l’idéal démocratique reste un élément clé de la conscience générale du peuple. Face à une myriade de problèmes, les citoyens réclament davantage et mieux de démocratie, et pas moins de démocratie. Aujourd’hui, nous sommes confrontés à une certaine perversion de la volonté globale du peuple, dans laquelle de nombreux gouvernements adoptent un rituel d’élections régulières comme façade des systèmes hautement autoritaires qu’ils dirigent. L’Afrique a beaucoup de ces régimes hybrides et International IDEA les a documentés dans son Rapport sur l’état de la démocratie dans le monde que je recommande à vos lecteurs d’étudier pour les principales conclusions qu’elle rapporte. Je pense qu’il est intéressant de noter ici que les régimes hybrides en Afrique, comme ailleurs, n’apportent pas de meilleurs résultats pour la société que les régimes démocratiques. Bien au contraire.

    PBCM: La numérisation est considérée comme une voie à suivre pour améliorer l’efficience et l’efficacité de la résolution des problèmes de l’Afrique. L’Afrique rattrape-t-elle son retard dans l’application de la numérisation à la gouvernance?

    Prof ADEBAYO OLUKOSHI:

    L’Afrique connaît clairement une pénétration massive et rapide des technologies et solutions numériques dans pratiquement tous les domaines de la vie, y compris la gouvernance. Au Cap Vert, la gouvernance électronique est en place depuis plusieurs années maintenant. Dans la plupart des autres pays, à un degré ou à un autre, certains éléments de la gouvernance électronique ont été introduits. Le domaine de l’administration électorale est également témoin de l’application de diverses solutions numériques, depuis l’enregistrement des électeurs, le processus de vote lui-même, la tabulation et la transmission des résultats. L’Afrique est clairement un pôle de croissance pour les applications numériques. Ce n’est pas un développement sans risque et nous espérons que les gouvernements et les autres acteurs veilleront à investir autant dans la gestion des risques que dans l’acquisition des technologies.

    PBCM: Quelles sont les perspectives de la jeunesse africaine sur le continent face à l’exode constant vers l’Occident par la périlleuse route méditerranéenne?

    Prof ADEBAYO OLUKOSHI:

    La migration massive de jeunes Africains à travers le Sahara et la Méditerranée est l’une des tragédies de notre temps. Cela témoigne de l’incapacité jusqu’à présent de la plupart de nos pays à tirer pleinement parti de la jeunesse de nos populations pour transformer le continent. Le chômage massif et prolongé des jeunes, la diminution de l’espoir et la corruption généralisée contribuent au sentiment d’abandon par le gouvernement et les sociétés que certains jeunes ressentent.

    La migration est l’une des options exercées par les jeunes. Le gangstérisme et l’extrémisme radical sont les autres options que nous avons également vues se dérouler. La conséquence est que nous risquons de perdre ce qui aurait dû être un dividende pour notre transformation socio-économique. Il n’est pas trop tard pour empêcher une bombe de jeunes d’exploser.

    PBCM: Pourquoi l’Afrique apparaît-elle comme faible en matière de négociations internationales?

    Prof ADEBAYO OLUKOSHI:

    Les négociations commerciales internationales modernes sont très complexes et prennent du temps. Elles nécessitent un éventail de spécialistes et impliquent une combinaison de disciplines. Trop de pays africains, compte tenu de leur taille, manquent tout simplement de capacités pour leur permettre de faire face. C’est pourquoi les récents efforts pour définir une large stratégie continentale de négociations sous les auspices de l’UA (Union africaine) méritent d’être examinés attentivement.   les africains ont un problème

    PBCM: Y a-t-il des leçons que l’Afrique devrait tirer des Tigres asiatiques?

    Prof ADEBAYO OLUKOSHI:

    L’Afrique a certainement beaucoup à apprendre des expériences comparatives des autres. D’après les Tigres d’Asie, je dirais que le perfectionnement de la capacité de développement de l’État est l’un de ces domaines dont l’Afrique peut tirer des enseignements. Des politiques commerciales et industrielles efficaces visant à créer des emplois, à accroître la capacité de production nationale, à améliorer la valeur ajoutée nationale, à accroître les exportations, etc. sont des exemples de domaines dans lesquels l’expérience des tigres asiatiques peut nous être très utile.

    PBCM: Quel message voudriez-vous laisser aux dirigeants africains en ce qui concerne les relations internationales dans le monde aujourd’hui?

    Prof ADEBAYO OLUKOSHI:

    Très simple: soyez clair sur ce que vous attendez du monde, ayez une stratégie claire pour l’obtenir et allez-y. Il n’y a manifestement pas d’altruisme dans les affaires mondiales et chaque pays devra décider de la meilleure façon de garantir la dignité de son peuple.